Machines pour le travail des élastomères

Apprenez-en plus sur le travail des élastomères, notamment au travers des machines utilisées pour manipuler ces matériaux. Quelles sont les propriétés d’un élastomère ? À quoi sert une presse bi-injection ? Fournitures Industrielles vous dit tout :

Qu’est-ce qu’un élastomère ?

On appelle élastomère un matériau qui présente des propriétés élastiques et peut de ce fait être déformé. Dans le langage courant, on parle de caoutchouc : il y a par exemple le caoutchouc naturel, obtenu avec du latex issu de végétaux (comme l’hévéa), ou le caoutchouc synthétique, fait à partir d’hydrocarbures. Mais il existe de nombreux autres élastomères.

Grâce à leurs propriétés élastiques et isolantes, les élastomères sont des matériaux utilisés dans une multitude de secteurs : aéronautique, automobile, médical, industrie… En effet, ces domaines professionnels nécessitent bien souvent des machines de pointe, conçues sur mesure et faciles à manier : l’utilisation de composés élastomères semble alors indispensable !

Joints caoutchouc noirs

Les presses à bi-injection

Pour certains types d’injection thermoplastique, il est nécessaire d’utiliser de manière simultanée deux types de matériaux. Voilà pourquoi il existe des presses à bi-injection : celles-ci peuvent être électriques ou hydrauliques et sont capables de s’adapter à n’importe quelle taille de pièce à produire. Divers types de moules peuvent être utilisés pour ce type d’injection :

  • des moules à translation,
  • des moules à écluse,
  • ou encore des moules rotatifs.

Ce genre de machine permet un gain de temps considérable dans la chaîne de production des pièces d’assemblage, et, bien généralement, ceci s’accompagne aussi d’une baisse générale du coût.

Grâce à l’injection bi-matière, il est possible de combiner, en une seule étape, des matériaux aux propriétés visuelles et techniques différentes sur un même produit fini.

Presse injection caoutchouc

Faire des moulages d’élastomère

Qu’il s’agisse de réaliser des joints à lèvres, des joints d’étanchéité, des clapets, des membranes ou encore des soufflets en caoutchouc, il faut recourir au moulage d’élastomère. Pour cela, des modèles 3D sont tout d’abord élaborés, puis les moules sont fabriqués. Diverses presses et machines robotisées se chargent alors de procéder aux injections, qui peuvent par exemple être réalisées à partir de :

  • VMQ (vinyl méthyl silicone)
  • ACM (élastomère polyacrilique)
  • FVMQ (fluorosilicone)

La production de moulages d’élastomère peut aussi bien concerner les grandes séries que se limiter au contraire à un seul exemplaire. À noter qu’il est même possible d’associer élastomère et métal, par un procédé d’adhérisation, pour combiner les propriétés résistantes et élastiques de ces deux matériaux.

Sources images : Ixemer, Jeantet et Perrot