Les conduites d’immeuble pour l’acheminement du gaz

Dans les immeubles d’habitation, de nombreuses canalisations permettent de relier les différents logements à une source d’énergie : gaz, électricité, eau… Aujourd’hui, Fournitures Industrielles vous propose d’en savoir plus sur les conduites d’immeuble pour l’acheminement du gaz (ou conduite gaz) : sécurité, installation, fonction… elles n’auront plus de secret pour vous !

Fiche technique de la conduite gaz

Source : Cegibat

Que ce soit pour l’installation ou la maintenance d’une chaudière à condensation, il est primordial que cet équipement soit relié aux conduites de gaz naturel de l’immeuble pour fonctionner.

La conduite d’immeuble ne se situe qu’à l’intérieur du bâtiment, ou en partie à l’extérieur lorsque le coffret gaz est situé à distance de l’immeuble desservi. La conduite dessert les différents étages de l’immeuble, permettant aux résidents d’avoir accès au gaz naturel dans leur logement.

Lorsqu’elle est enterrée, la conduite d’immeuble est constituée soit d’acier avec un revêtement en polyéthylène ou en bandes anticorrosives, soit de métal et polyéthylène. Cette conduite ne doit passer ni sous le bâtiment, ni en vide sanitaire. Lorsqu’elle passe à l’intérieur de l’immeuble, c’est le maître d’ouvrage qui choisir le matériau de la conduite gaz. Cela peut être de l’acier ou du cuivre selon la nature du projet. Les matériaux choisir doivent cependant être conformes aux dispositions de l’arrêté du 02 août 1977 modifié et de la norme NF DTU 61.1

Enfin, la canalisation gaz collective doit respecter un diamètre intérieur strict, déterminé en fonction du débit maximum prévisionnel à satisfaire. Il est ainsi limité à 108 mm si la pression du gaz combustible susceptible d’être atteinte dans ces canalisations peut être égale à 100 mbar, à 70 mm si cette pression peut être égale à 400 mbar, et 37 mm si la pression peut dépasser 400 mbar.

Emplacement et dispositifs de sécurité de la conduite gaz

Source : Cegibat

Le tracé de la conduite d’immeuble correspond en quelques sortes au tracé de son installation. La conduite doit ainsi être mise en place sur tout son parcours en parties communes sur des espaces ventilés ou au minimum aérés, et en hauteur.

Pour faire la différence, un local aéré est un espace muni d’au moins une fenêtre dont la surface ouvrante d’au moins 4m² donne directement sur l’extérieur ou sur une cour intérieure non couverte dont la plus petite dimension est au moins égale à 2 m. Un local ventilé, quant à lui, est un espace dont l’air ambiant est renouvelé par introduction d’air neuf et évacuation d’air vicié : aucune fenêtre ne donne sur l’extérieur mais une VMC efficace doit être mise en place.

Bon à savoir, pour des raisons de maintenance, GRDF interdit d’enterrer la conduite gaz sous l’immeuble ou bien même de l’incorporer, de l’engraver, de l’encastrer ou encore de la mettre sous fourreau encastré aux éléments de construction. Les conduites en acier peuvent être installées sans dispositif de protection mécanique mais les conduites en cuivre se doivent d’être placées dans une gaine ou dotées d’un dispositif de protection mécanique.

Vous en savez maintenant plus sur les conduites d’immeuble pour l’acheminement du gaz ! Pour des informations techniques sur la conduite gaz, rdv sur : https://cegibat.grdf.fr/reglementation-gaz/conduite-immeuble-conduite-montante-gaz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *